Yves Saint Laurent : son musée à Paris

Le musée Yves Saint Laurent a ouvert ses portes à Paris. Quelques jours seulement après la disparition de Pierre Bergé qui l’avait orchestré.

Situé dans l’ancienne maison de couture avenue Marceau (Paris 16e), repensée par le décorateur Jacques Grange, le musée Yves Saint Laurent Paris est le premier consacré à l’œuvre d’un couturier du XXème siècle dans la capitale de la mode. Quelques 35 000 objets, dont 8 000 textiles, 8 000 accessoires et 8 000 croquis seront présentés à tour le rôle au gré des expositions. La première d’entre elles, à partir d’octobre 2018, sera consacrée à “L’Asie rêvée d’Yves Saint Laurent”, après la présentation inaugurale.

Un portrait haut en couleurs du couturier par Andy Warhol, accueille les visiteurs. Un film retrace les grandes heures de la maison de couture à travers les défilés emblématiques jusqu’au dernier, au centre Pompidou, en 2002 où Yves Saint Laurent faisait ses adieux à la mode.

Dans les anciens salons d’essayage de la maison de couture, le parcours est ponctué de modèles iconiques : les tailleurs très fluides, la saharienne, le caban de marin, le jumpsuit, le trench-coat, et bien sûr le fameux smoking, issus du vestiaire masculin, tous devenus des classiques de la garde-robe féminine.

On sillonne à travers les sources d’inspiration du couturier. Invitation aux voyages imaginaires, en Afrique avec les robes ethniques, les couleurs du Maroc qui fleurissent, la cape couverte de bougainvilliers des jardins Majorelle, les Ballets Russes avec les lourds manteaux de laine ceinturés. Dialogue avec l’art, Van Gogh, Picasso, Matisse ou Mondrian qui ont inspiré quelques-unes des plus célèbres robes colorées. Retour à l’Antiquité avec les tuniques de vestales, au Moyen-Age avec les longues robes de velours, aux années 1940 avec les silhouettes marquées.

Le moment fort de la visite est la reconstitution du studio du créateur où tout est resté figé. La bibliothèque est chargée d’ouvrages d’art et de voyage, la table jonchée de crayons de couleur, de croquis, d’échantillons de tissus, de broderies, de galons, de boutons ; ses lunettes d’écaille sont abandonnées sur un dessin et sa blouse blanche est toujours pendue sur cintre. Silence. On s’attend à voir apparaître le maître dans son “royaume”.

Caroline Le Got, Octobre 2017
Crédits photos :  Musée Yves Saint Laurent Paris, Luc Castel, Alexandre Guirlkinger

Paris le Luxe, Luxury news
Yves Saint Laurent : son musée à Paris Yves Saint Laurent : son musée à Paris Yves Saint Laurent : son musée à Paris Yves Saint Laurent : son musée à Paris